Comment conclure un transfert de football au Brésil

Quand on parle de football, le Brésil est probablement le premier pays qui vient à l’esprit des fans du monde entier. Le pays de Pelé, Ronaldo, Romário, Neymar, Endrick, et bien d’autres est un véritable vivier de talents. Les joueurs brésiliens sont recrutés globalement, et les acquisitions directement des clubs brésiliens par les plus grands clubs mondiaux sont assez courantes. Cela a contribué à créer des agents riches et bien connus, maîtrisant le portugais.

 

La faible valeur de la monnaie brésilienne et le manque historique de professionnalisme ont également contribué à cette tendance : les clubs devaient souvent vendre de jeunes joueurs talentueux. Cependant, cela change avec l’entrée d’investisseurs étrangers qui acquièrent des clubs, grâce à de nouveaux cadres juridiques, les transformant en entreprises robustes avec des normes de gestion élevées. Cela a positionné le Brésil comme un marché compétitif, capable de rivaliser avec les grands clubs européens (où les salaires moyens des titulaires dans les premières divisions sont d’environ 600 000 euros nets).

 

Les revenus des droits de télévision et de diffusion, partagés équitablement entre les clubs, représentent une part significative. Une opportunité à court terme réside dans les discussions sur une nouvelle ligue, semblable au modèle anglais des années 1990, qui pourrait augmenter considérablement cette valeur. Actuellement, les accords de parrainage sont principalement avec des sociétés de paris, mais le professionnalisme croissant attire des entreprises traditionnelles.

 

La Serie A brésilienne (« Brasileirão ») suit un format similaire aux ligues mondiales : 20 équipes jouent des matchs à domicile et à l’extérieur, avec les 4 dernières équipes reléguées en Serie B. Notamment, la taille vaste du Brésil signifie que les déplacements entre les villes peuvent prendre jusqu’à 4 heures en avion, nécessitant des effectifs importants pour gérer les blessures fréquentes.

 

Le Brésil observe deux périodes de transfert annuelles : la fenêtre principale s’ouvre en janvier et se termine en mars, tandis qu’une plus petite s’étend de juillet à fin août. Cela a toujours créé des problèmes pour les clubs brésiliens puisque le milieu de la saison locale coïncide avec les périodes les plus actives des marchés étrangers – et les clubs perdent généralement des joueurs clés au milieu des compétitions nationales.

 

Pour les agents opérant au Brésil, l’inscription auprès de la fédération locale (CBF) est obligatoire mais simple, contrairement à des marchés comme la France où des tests supplémentaires peuvent être requis. Les entreprises au Brésil sont soumises à un taux d’imposition moyen de 20 % sur les revenus, avec les agents conservant 80 % des revenus de commission sous forme de dividendes.

 

Les contrats des joueurs partagent généralement la rémunération de manière égale : 50 % sous forme de salaire et 50 % sous forme de droits d’image. Les taux d’imposition sur les salaires (environ 30 %) et les droits d’image (20 %) sont comparativement plus bas que dans d’autres marchés. Un changement récent de la loi (14.597/2021) permet de verser les primes de signature de manière similaire aux droits d’image, bénéficiant à la fois aux joueurs étrangers négociant des montants nets et aux clubs naviguant dans des tranches d’imposition plus basses.

 

Le quota de joueurs étrangers dans les clubs brésiliens est continuellement ajusté pour accueillir l’afflux de talents sud-américains. Actuellement, jusqu’à 9 joueurs étrangers peuvent être sélectionnés pour un match, incitant les clubs à recruter davantage dans la région en raison des salaires compétitifs et des compétences techniques élevées.

 

En perspective, les groupes étrangers voient de plus en plus le Brésil comme une destination d’investissement de premier choix. Le potentiel de croissance du marché, qui améliore également les évaluations des franchises, attire une attention significative. De plus, avec l’émergence des organisations multi-clubs (MCO) dans le monde entier, posséder un club au Brésil devient une stratégie efficace pour le recrutement de talents plutôt que pour une acquisition directe.

 

Par exemple, considérons le cas de Vitor Roque et de l’Athletico Paranaense : selon la loi nationale, les clauses de libération domestiques sont plafonnées à 2 000 fois le salaire mensuel de base du joueur. Cela a fixé la clause de libération de Roque à 24 millions de reais (environ 5 millions de dollars), payés à son ancien club, Cruzeiro. Un an plus tard, Barcelone l’a acquis pour 45 millions d’euros plus des bonus. Collaborer avec des clubs brésiliens – ou même les acquérir pour des MCO – pourrait considérablement améliorer la capture de valeur des clubs européens !

 

Erkut Sogut & Matthieu Struyf

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *